Correction

L’étape cruciale !

La correction est une étape cruciale avant la publication d’un document. Elle s’effectue à différents niveaux. En voici quelques-uns :

  • la vérification de la syntaxe (votre phrase est-elle bien construite ?) :

exemple de phrase mal construite : J’échange (le verbe échanger est un verbe transitif, il requiert donc toujours un complément) ;

  • la grammaire, les accords, l’orthographe (ayez à portée de la main votre livre Bescherelle, vos dictionnaires en format papier ou en format numérique) :

exemple de phrase mal accordée : J’ai acheté une calculatrice et je l’ai donné à mon collègue (J’ai acheté une calculatrice et je l’ai donnée à mon collègue est la forme correcte. Le participe passé ayant comme auxiliaire le verbe avoir s’accorde avec son complément d’objet direct si celui-ci est placé devant) ;

  • les anglicismes (ils sont tellement intégrés dans notre langage courant qu’il est parfois difficile de les détecter) :

exemple d’anglicisme : Ne sommes-nous pas supposés les corriger ? (Ne sommes-nous pas censés les corriger ? est la forme correcte) ;

  • les mots qui n’existent pas (ces mots, très aimés et passés dans le langage parlé, nous donnent l’impression qu’ils existent. Mais non, ils ne sont pas encore acceptés dans les dictionnaires !)

exemple de mot qui n’existe pas : Qu’allez-vous prioriser, aujourd’hui ? (Sur quoi allez-vous mettre la priorité, aujourd’hui ? est la forme correcte) ;

  • les expressions et les mots mal utilisés (il nous arrive parfois d’utiliser une expression ou un mot, pensant en connaître son sens) :

exemple d’expression mal utilisée : Les inscriptions sont au beau fixe ! Nous devons redoubler d’efforts pour en obtenir plus ! (Les inscriptions sont stagnantes ! L’expression « au beau fixe » signifie quelque chose qui est stable, durable, faisant référence au beau temps. Cette expression est mal utilisée dans la phrase et devrait être remplacée par le mot stagnant) ;

  • les oublis de mots ou les mots mis à la place d’autres, dans une phrase :

exemple d’oubli de mot : La chute du pétrole rend la situation économique instable ! (La chute du prix du pétrole rend la situation économique instable est la forme correcte. Ce n’est pas le pétrole qui chute, mais bien le prix) ;

  • la ponctuation (il est important, non seulement de marquer la ponctuation, dans une phrase, mais également d’utiliser la ponctuation adéquate afin de faciliter la lecture et la compréhension du texte) :

exemple de phrase non ponctuée : L’activité de réseautage qui commencera à 7 h sera suivie d’une conférence. (L’activité de réseautage, qui commencera à 7 h, sera suivie d’une conférence est la forme correcte. La ponctuation donne le rythme à la phrase) ;

  • le nombre d’idées dans une phrase (vous arrive-t-il de lire une phrase commençant par une idée et se terminant par une autre, sans aucun lien entre les deux ?) :

exemple de phrase comportant plusieurs idées : Notre père a fondé l’entreprise de rénovations il y a 50 ans et notre équipe se fera un plaisir de vous servir. (Notre entreprise familiale, spécialisée en rénovations intérieures, existe depuis maintenant 50 ans. Notre nouvelle équipe des ventes est à votre disposition pour vous accompagner dans tous vos projets est l’une des écritures possibles. Mettre une idée par phrase permet de s’exprimer de façon plus claire) ;